OMD & Pen

Romain venot

 

 

J'ai rencontré Romain lors du festival de Montbrun Les Bains, nous avons passé un moment à échanger, qui fut très agréable.


La qualité de son travail photographique et un sujet peu courant comme la spéléo m'ont donné envie de partager cette rencontre.

Romain Je te remercie du temps que tu m'as accordé et d'avoir rejoint le groupe facebook "Olympus passion OMD & Pen"

 

 

Peux tu te présenter et présenter ton travail photographique ?

 

Pratiquant la spéléologie et la plongée souterraine depuis 7 ans dans quelques clubs locaux (La
Motte Chalancon et Fontaine de Vaucluse) et d’autres plus éloignés (Mandeure, Doubs) j’ai eu envie
de prendre des clichés immortalisant les sorties si particulières que l’on peut faire dans ces secteurs.
Tout d’abord avec les moyens du bord, puis des éclairages toujours plus puissants, dans des cavités toujours plus intéressantes les unes que les autres. La difficulté principale résidant dans le fait de transporter tout le matériel de progression sous terre, et de photos, de l’entrée jusqu’aux sites de photos. Mon objectif principal est de rapporter des clichés, non pas des plus époustouflants, des plus vertigineux ou des plus classiques, mais des cavités moins connues ou peu documentées. En effet, chaque sortie d’un club ou de groupes de spéléos, amène au départ une recherche sur le lieu, l’accès, et quelques images alléchantes, permettant de motiver un peu plus les troupes ! En quelques sortes, un travail avant-tout de documentation.

.

Pourquoi utilise tu du matĂ©riel Olympus ? & Quel(s) boitier(s) et objectif(s) utilise tu ?


Au départ, j'utilisais un reflex Nikon d5300 et un grand angle Tokina 11-16.

Bien que performant et au prix abordable pour oser l'amener sous terre, cet appareil a vite montré ses limites : il est gros, encombrant, lourd, et certaines fonctionnalités présentes sur l'hybrid Olympus M10 Mark II me faisaient de l'oeil.


Depuis moins d'un an désormais, j'ai troqué ce boitier reflex contre le M10 Mark II couplé à un objectif Zuiko 9-18. Et le résultat n'est que positif : petit, léger, performant, piqué même à grande ouverture, une stabilisation du boitier époustouflante pour les poses longues, un mode de création pour le lightpainting très intéressant... Bref, sans commune mesure, c'est l'appareil taillé pour la photo souterraine pour petits budgets.


Budget complété d'ailleurs par plusieurs éclairages sans quoi rien n'est possible sous terre. La prise en main est très rapide, et beaucoup de petites options d'assistance, parfois difficiles à dénicher cependant, aident grandement à peaufiner la prise de vue... Le seul défaut de ce boitier qui fera pencher plutôt vers le M5, est l'absence de tropicalisation de celui-ci.

A utiliser avec prudence donc, dans les trous arrosés !)

Quel instant photographique vous a le plus marqué ?


La sortie de la grotte de Ste Catherine en crue. Une cavité connue du Doubs, très intéressante à pratiquer par grandes pluies puisqu'une bonne partie du réseau est inondé et accessible à la nage.

Je venais d'avoir mon petit M10, et le moment de tester la stabilisation au dixième de secondes à main levée était arrivé. Une fois la photo prise, je me suis d'abord demandé si j'avais bien réglé la vitesse, car le résultat semblait extrêmement net, et je n'avais pas l’habitude d'un tel rendu passé le trentième de seconde, sans trépied.

Le filé de l'eau est superbe et le cliché très net.

Quels conseils pourriez-vous donner pour aborder votre spécialité ?

Avant tout choisir un appareil léger mais manuel bien évidemment. En effet, le transport du matériel est crucial et doit pénaliser au minimum la progression sous terre qui se compte souvent en plusieurs heures. Si possible un appareil et optique tropcalisés, et enfin de la lumière, beaucoup de lumière. Des panneaux leds aux flashs en passant par les lampes, le choix est vaste est permet plusieurs types de poses différentes. Reste à peser le pour et le contre pour chaque matériel. Exemple : vais-je transporter mes 9 flash pour une cavité petite et étroite ? non. Vais-je prendre des éclairages fixes dans des cavités où de l'eau s'écoule ? très certainement, pour réaliser des poses en filés. Donc le maitre mot sous terre, reste l'adaptation au milieu :)

 

Merci beaucoup !

Romain Venot

 

Je préfère un mail ;)